Endocan

 

 

PubMed data base        ClinicalTrials data base


Un marqueur de dysfonction endothéliale

Endocan, également appelé Endothelial cell Specific Molecule (ou ESM-1), est codé par un gène unique non polymorphe appelé esm1.

Ce gène s’exprime spécifiquement au niveau des cellules endothéliales, et aboutit à la sécrétion d’un protéoglycane de 50 kDa, circulant librement dans le sang.

Endocan est tout particulièrement surexprimé par les cellules endothéliales qui forment le bourgeon vasculaire ou "endothelial tip cells" dans la néoangiogenèse (Strasser et al. 2010 ; Del Toro et al. 2010 ; Recchia et al. 2010).

Sa synthèse et sa sécrétion sont augmentées par le TNF, l’IL-1, le VEGF ou le FGF-2.

Sa synthèse et sa sécrétion diminuent également par activation de la voie PI3K endothéliale induite par une variété de médiateurs tels que l'interféron gamma ou l'insuline.

Enfin, endocan circulant baisse par le biais d'un processus proteolytique induit par le neutrophile activé, générant une forme clivée circulante de 14 kDa.

Un nouveau concept clinique

Endocan présente une activité anti-inflammatoire, agissant en tant qu'inhibiteur de la cascade d'activation dépendante de l'intégrine leucocytaire la LFA-1. En empêchant l'entrée des leucocytes dans les tissus interstitiels, endocan réduit l'inflammation.

Ainsi, un niveau élevé d’endocan dans les syndromes inflammatoires aigus ou chroniques protègerait contre l'inflammation, et serait de bon pronostic.

A l’inverse, un niveau faible d’endocan dans ces syndromes serait de mauvais pronostic ou prédicteur d’un événement pathologique.

De nouvelles applications cliniques

La recherche clinique a établi endocan comme biomarqueur diagnostic de la réponse endothéliale qui se produit dans de nombreuses maladies.

L’administration i.v. de LPS chez l’homme induit l’augmentation d’endocan plasmatique humain qui corrèle avec un défaut de réponse vasodilatatrice à l'acétylcholine.

Une augmentation ou diminution d’endocan identifie des patients à risque d'infection/agression pulmonaire ou d’agressivité tumorale.

Le dosage de l'endocan circulant peut être utile au malade de différentes manières:

  • Le diagnostic précoce pour permettre un démarrage plus précoce du traitement (SDRA, hépatocarcinome),
  • La stratification du risque (pneumopathie),
  • Le pronostic (cirrhose, oncologie),
  • Le réponse au traitement (oncologie),
  • La réduction des coûts d'hospitalisation.